Veille données et statistiques
Dernière mise à jour : le 24/11/2020 à 12:53

Observatoire permanent des catastrophes naturelles et des risques naturels

Partager via...

 

Le CMRS de la Réunion, centre météorologique officiellement chargé du suivi cyclonique dans le Sud-Ouest océan indien vient de publier ses tendances d'activité pour la saison cyclonique 2020/2021. Ces prévisions qui sont chaque année très attendues, ont pour objectif de donner un scénario concernant l'activité, la zone de cyclogenèse privilégiée, le type de trajectoires et éventuellement le risque d'impact pour les terres habitées.

En premier lieu, cette saison cyclonique 2020/2021 devrait connaitre une activité proche à supérieure à la normale. Le CMRS suggère entre 9 et 12 tempêtes tropicales nommées durant cette saison (probabilité d'activité proche de la normale 50%, probabilité d'activité supérieure à la normale 40%). En revanche, une activité inférieure à la normale semble exclue, avec une probabilité de seulement 10%. A noter qu'entre 5 et 7 de ces tempêtes pourraient devenir des cyclones tropicaux.

Le contexte de grande échelle change significativement par rapport à l’année dernière. Dans le Pacifique équatorial, un épisode La Nina a débuté et est prévu persister sur l’ensemble de l’été austral avec un pic d’intensité en décembre ou en janvier. L’amplitude de l’évènement devrait être modérée à forte avec une influence sensible sur le climat à l’échelle du globe. Au niveau de l’océan Indien, le Dipôle de l’Océan Indien (DOI), après avoir été temporairement négatif durant l’hiver austral (eaux plus chaudes que la normale sur l’océan Indien équatorial Est alors que la partie Ouest connaît des températures plus fraîches) va rester neutre au cours des prochains mois en laissant l’océan Indien équatorial à des températures proches ou légèrement supérieures à la normale. Du côté des subtropiques (entre 20°S et 40°S), une phase fortement négative du Dipôle Subtropicale de l’Océan Indien (DSOI), caractérisée par des eaux plus froides sur la partie Ouest du bassin que sur la partie Est, est en place depuis la saison cyclonique dernière. Celle-ci est prévue graduellement s’estomper au cours des prochains mois (phase globalement neutre du DSOI sans différentiel marqué de température de la mer entre l’Est et l’Ouest).

Durant un évènement La Nina, on observe généralement des conditions plus propices à la formation des phénomènes cycloniques sur la partie Est du bassin. On y trouve des eaux plus chaudes que la normale et un cyclonisme renforcé au sein de la Zone de Convergence Intertropicale. Un cisaillement vertical de secteur Est accentué peut toutefois tempérer ces conditions favorables. Historiquement l’activité cyclonique est assez variable lors des épisodes Nina mais on note que les saisons de faible activité sont le plus souvent associées à une phase fortement positive du DSOI (comme les saisons très peu actives 1998- 1999 et 2010-2011) ce qui n’apparaît pas comme le scénario le plus probable cette année. Les conditions de grande échelle attendues plaident donc pour une activité cyclonique proche voire supérieure à la normale.

C’est probablement au niveau de la typologie des trajectoires que l’on s’attend à des changements significatifs par rapport aux deux dernières saisons. Rappelons que celles-ci avaient été marquées par des trajectoires majoritairement orientées vers le Sud-Est (hors canal du Mozambique). Une tendance El-Nino en 2018/2019 et un DSOI très négatif en 2019/2020 avaient principalement contribué à ce type de trajectoire. Avec l’apparition de la Nina et le retour à un DSOI neutre, une dorsale subtropicale généralement bien solide, devrait étendre son influence sur toute la largeur du bassin. Les trajectoires ayant une composante Ouest ou Sud-Ouest seront donc largement favorisées. Elles pourront amener certains systèmes à impacter les terres habitées de la partie Ouest du bassin avec un risque accru
d’atterrissage notamment pour la côte Est de Madagascar et le Mozambique.

L’apparition de la Nina depuis le mois d’octobre dans le Pacifique équatorial et le retour à une phase neutre du Dipôle Subtropical de l’Océan Indien, constituent des changements importants du contexte de grande échelle par rapport aux deux années précédentes. Cela va induire des caractéristiques générales nettement différentes pour la saison à venir. Ainsi, la moitié Est du bassin (à l’Est de 65°E) devrait devenir la zone privilégiée pour la genèse des systèmes. Si celles-ci sont donc attendues majoritairement assez loin des terres habitées du bassin (situées sur la partie Ouest), on ne s’attend pas pour autant à
un impact atténué. Une majorité de trajectoires seront orientées vers l’Ouest ou le SudOuest, amenant alors potentiellement ces systèmes à impacter les terres habitées, particulièrement la côte Est de Madagascar et la côte du Mozambique (risque d’atterrissage accru).

Concernant les trajectoires, on s'achemine vers un retour à la normale. Après des saisons marquées par des trajectoires inversées (Est ou Sud-Est), on devrait retrouver des trajectoires Zonales (Ouest) ou paraboliques (Sud-Ouest). Le retour d'un dipôle subtropical en phase neutre a pour effet de rétablir la dorsale subtropicale et donc des trajectoires classiques. Cette tendance à son importance. Car malgré une zone de cyclogenèse à l'Est, des trajectoires Ouest à Sud-Ouest sont potentiellement plus menaçantes pour les terres habitées. D'ailleurs, le CMRS suggère un risque accru d'impact pour le Mozambique et l'Est de Madagascar.

Source : Météo France

 

Grâce à nos outils et solutions de veille par email ou flux RSS, définissez vos critères et obtenez votre revue de presse permanente personnalisée

----------------------------- 

Catnatmaps

Découvrez CATNATLAS notre système d'information géographique en ligne dédié aux risques naturels en France et dans le Monde

Statistiques base BD CATNAT

Nombre d’événements recensés depuis 2001 (vu au 23/11/2020)
  • En France / DOM : 1.949
  • A l’étranger : 16.081
Nombre de victimes recensées depuis 2001 (vu au 23/11/2020)
  • En France / DOM : 30.824
  • A l’étranger : 1.318.837
Coût depuis 2001 en millions de $ (vu au 23/11/2020)
  • En France / DOM : 42.176
  • A l’étranger : 3.197.369
Accès à la BD CATNAT
Statistiques en temps réel

Newsletter CATNAT Info

Recevez GRATUITEMENT tous les samedis les articles publiés durant la semaine écoulée grâce à notre lettre d'information "CATNAT Info"