Le gendarme du secteur financier français (l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR)) a, pour la première fois, testé sa résistance aux chocs engendrés par le changement climatique d'ici à 2050. Il pourrait entraîner une multiplication par cinq du coût des sinistres liés aux catastrophes naturelles dans certaines zones et une augmentation des primes de 200 % sur trente ans.

Lire la suite (réservé aux abonnés)