Gestion des risques
Dernière mise à jour : le 20/03/2019 à 10:23

Observatoire permanent des catastrophes naturelles et des risques naturels

Gestion des risques

prevention120Toutes les actualités de la gestion des risques naturels en France et dans le monde (prévention, prévision, alerte, connaissance des risques, gestion des crises, avancées scientifiques, retours d'expériences...) publiées depuis le 01/01/01.

 Tous ces articles peuvent faire l'objet d'une veille personnalisée par email ou par flux RSS.



Lire la suite...La grêle est un des aléas météorologiques les plus difficiles a appréhender en terme de prévision et d'intensité tout en constituant un des risques naturels ayant un fort potentiel de destruction en France et en Europe. En effet, ce phénomène est très récurrent (en moyenne 70 jours de grêle > 1 cm par an en France), multi-saisonnier (la saison des chutes de grêle dommageables s'étend de mars à octobre) et susceptibles d'affecter toutes les régions sur des étendues géographiques parfois significative. Ainsi, la grêle a des conséquences parfois dévastatrices pour les particuliers (automobile notamment), le secteur agricole et les entreprises.  Rien que pour notre pays le coût des dommages assurés s'élève à eux seuls à plus de 4 milliards d'€ depuis 1984.

Lire la suite...Les tempêtes tempérées et les épisodes de vents violents constituent un des risques naturels majeurs les plus important en France et en Europe de l’Ouest. En effet, ces phénomènes sont récurrents (il peut y en avoir plusieurs dans un laps de temps réduit allant de quelques semaines à quelques mois), affectent des étendues géographiques parfois significative (plusieurs régions voire plusieurs pays) et les aléas connexes qui les accompagnent (fortes pluies, submersion marines…) ont un fort potentiel destructeur. Ainsi, si les effets du vent ont des conséquences dévastatrices pour les particuliers et les entreprises ils peuvent également très fortement impacter les sociétés d’assurance qui prennent en charge les risques, ne serait-ce que par le simple risque de cumul de sinistralité (dans le cas d’un événement touchant de nombreuses régions ou de succession de plusieurs événements majeurs). Rien que pour notre pays le coût des dommages assurés s'élève à plus de 28 milliards d'€ depuis 1984.

Lire la suite...Le dérèglement climatique laisse prévoir une aggravation des risques naturels et une extension des territoires qui y sont exposés. Les dispositifs de prévention vont être renforcés. Tous les deux ans, environ, le ministère de la Transition écologique donne instruction aux préfets de « resserrer les boulons » des dispositifs de prévention des risques naturels.

Lire la suite...Les risques de tremblements de terre, de glissements de terrain, d'inondations, de tsunamis et de feux de forêt sont largement reconnus en Californie. On ne peut pas en dire autant des éruptions volcaniques, même si elles se produisent dans cet État aussi souvent que les plus grands tremblements de terre sur la faille de San Andreas. Au moins dix éruptions ont eu lieu au cours des 1 000 dernières années et les futures éruptions volcaniques sont inévitables.

Lire la suite...​Un nouveau système informatique pourrait aider à réaliser des prédictions météorologiques fiables à quinze jours, au lieu de dix actuellement. Même si elles ne sont pas toujours exactes, les prévisions météorologiques actuelles sont, le plus souvent, fiables à dix jours de distance. Elles sont fournies par des modèles informatiques qui intègrent les différentes composantes météo et peuvent ainsi prévoir l’évolution du temps qu’il fait.

Lire la suite...Sécheresses, ouragans, inondations : aux quatre coins du monde, les catastrophes climatiques charrient leur lot de drames humains et d’images spectaculaires. Et posent une question prosaïque : qui paiera les dégâts ? Quand ils ont trop à perdre, les assureurs se défaussent sur les Etats. Mais ces derniers, étranglés par la dette, peinent à assumer. Ils se tournent alors vers les marchés financiers, leurs calculs glacials et leurs produits spéculatifs.

Lire la suite...Les catastrophes hydrogéologiques en Slovénie représentent plus de 150 millions d'euros de dégâts par an. Et ils sont souvent aggravés par les interventions humaines. Surtout parce que le pays a toléré la construction dans des zones sujettes aux inondations pendant plusieurs décennies.

​Depuis novembre dernier, le Centre de recherche sismique de Trinidad a enregistré plus d'une centaine de tremblements de terre dans les îles de la région. Tous de faible intensité, mais de façon très rapprochée. La sismologue Joan Lutchman, qui dirige cet observatoire, est inquiète. « Cette fréquence est le signe annonciateur d'un tremblement de terre majeur », alerte-t-elle régulièrement sur les ondes locales.

Dans le cadre du projet SPICy (Système de prévision des inondations en contexte cyclonique), qui a pris fin en 2018, la division Études et Climatologie (EC) de la Direction interrégionale de Météo-France pour l'océan Indien (DIROI) a développé une méthode pour définir des scénarios cycloniques autour de la prévision produite par le Centre météorologique régional spécialisé (CMRS) cyclones de La Réunion.

La Côte d'azur est la zone la plus exposée au risque de tsunami en France métropolitaine. Face à ce risque peu connu mais réel, la France s'est dotée d'un centre d'alerte mais des progrès restent à faire pour redescendre l'information sur le terrain, reconnaissent divers responsables concernés.

Grâce à nos outils et solutions de veille par email ou flux RSS, définissez vos critères et obtenez votre revue de presse permanente personnalisée

----------------------------- 

Catnatmaps

Découvrez CATNAT Mapsnotre système d'information géographique en ligne dédié aux risques naturels en France et dans le Monde

Newsletter CATNAT Info

Recevez GRATUITEMENT tous les samedis les articles publiés durant la semaine écoulée grâce à notre lettre d'information "CATNAT Info"