La saison 2014-2015 avait déjà été particulièrement meurtrière, avec 45 victimes ensevelies pour la plupart sur les versants des Hautes-Alpes et de la Savoie. Un bilan supérieur à la moyenne nationale des quatre dernières décennies (30 morts par an), qui s’explique, en partie, par des chutes de neige hivernales suivies d’un ensoleillement persistant, une situation propice à la formation de couches de neige fragiles ensuite recouvertes de « plaques » susceptibles de rompre.

Lire la suite (réservé aux abonnés)