D'après une étude anglo-américaine, lors de la grande canicule de 2003 qui a touché l'Europe de l'Ouest, 70% des décès dans la capitale (soit 500 morts) étaient dus au réchauffement climatique d'origine humaine.

Lire la suite (réservé aux abonnés)