La calotte glaciaire de l'est de l'Antarctique pourrait être plus vulnérable qu'on ne le croyait jusqu'à présent. Une étude de l'université libre de Bruxelles, parue lundi, pointe des vents chauds fragilisant les plaques de glace qui entourent le continent. Les plates-formes de glace flottant sur la mer autour de l'Antarctique jouent un rôle important pour la stabilité de la calotte, retenant cette vaste nappe de glace couvrant la terre ferme.

Lire la suite (réservé aux abonnés)