Pour la première fois, des chercheurs ont développé une équation mathématique pour décrire l’impact de l’activité humaine sur la planète, concluant que la population entraînait des changements climatiques à une vitesse 170 fois plus importante que la normale. Selon ce qu’écrit The Guardian, l’équation a été développée avec l’aide du professeur Will Steffen, expert en science du climat et chercheur à l’Australian National University. Les travaux ont été publiés dans The Anthropocene Review.

Lire la suite (réservé aux abonnés)