Partager via...

Les vagues océaniques deviennent de plus en plus fortes en raison du changement climatique, ce qui pourrait à l'avenir mettre les communautés côtières en danger, selon une étude récemment publiée dans le journal scientifique Nature.

Les chercheurs ont constaté une augmentation de 0,41% par an de la puissance des vagues depuis 1948, ce qui est en corrélation avec la hausse des températures de la surface marine.

Selon Inigo J. Losada, directeur de recherche à l'Institut d'hydraulique environnementale de l'Université espagnole de Cantabrie et co-auteur de cette nouvelle étude, cette corrélation est importante car elle montre que "la puissance des vagues peut être un indicateur potentiellement utile du réchauffement climatique, tout comme la concentration en dioxyde de carbone, la hausse du niveau de la mer ou la température atmosphérique de surface de la terre".

Alors que l'étude révèle une tendance à long terme d'augmentation de la puissance des vagues, l'impact de cette augmentation est particulièrement apparent au cours des saisons de tempêtes les plus violentes, comme ce fut le cas pendant l'hiver 2013-2014 dans l'Atlantique Nord, ce qui a eu un impact sur la côte ouest de l'Europe, ou encore pendant la dévastatrice saison des ouragans de 2017 dans les Caraïbes, qui a rappelé de manière cruelle la puissance destructrice et les impacts économiques des tempêtes côtières, indique l'étude.

Les chercheurs espèrent que ces découvertes permettront de mieux comprendre les dangers auxquels les communautés côtières seront confrontées au cours des prochaines décennies.
De précédentes études avaient observé une augmentation de la vitesse des vents et de la hauteur des vagues. Cette fois, en s'intéressant à l'énergie des vagues - transmise aux masses d'eau par le vent sous forme de mouvement -, les chercheurs ont mis en évidence que ces dernières étaient de plus en plus fortes en conséquence directe de l'élévation des températures de surface des océans. « Pour la première fois », indique Borja Reguero de l'université de Californie dans un communiqué, « nous avons identifié un signe du réchauffement climatique dans le régime des vagues », lequel devient selon les chercheurs un « indicateur potentiel du changement climatique », au même titre que le dioxyde de carbone.

 

Source : Nature