D'après une nouvelle étude publiée dans Nature communications, même en respectant la hausse de température de 1,5°C prévue par l'Accord de Paris, la glace estivale de l'océan arctique aura au moins 6% de risques de disparaître. Mais dans l'hypothèse, plus probable selon le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), où nous dépasserions les +2°C, la glace d'été aura 28% de risques de s'évanouir… complètement.

Envie de lire cet article réservé aux abonnés ?

Vous avez le choix : regarder une courte vidéo publicitaire pour accéder à cet article ou souscrire à l'une de nos formules d'abonnement

Je regarde une publicité vidéo

Lire la suite (réservé aux abonnés)