Les épisodes caniculaires de l'été 2019 ont marqué les esprits. Sans doute faudra-t-il s'y habituer. Qu'il s'agisse de canicule, de sécheresse ou de pluies, déjà plus intenses et plus fréquents, les extrêmes météorologiques des étés de l'hémisphère nord vont aussi durer plus longtemps, même avec un réchauffement de la planète limité à +2 °C, selon une étude publiée dans la revue Nature Climate Change.

Envie de lire cet article réservé aux abonnés ?

Vous avez le choix : regarder une courte vidéo publicitaire pour accéder à cet article ou souscrire à l'une de nos formules d'abonnement

Je regarde une publicité vidéo

Lire la suite (réservé aux abonnés)