Le pire n’est pas forcément le plus probable en matière d’émissions de gaz à effet de serre (GES), responsables du réchauffement climatique. Telles sont les conclusions "positives"publiée dans la revue Nature et porté par deux chercheurs, Zeke Hausfather et Glen Peters.

Lire la suite (réservé aux abonnés)