La probabilité d’un épisode de gel tardif comme celui qui a ravagé plusieurs vignobles français début avril a été nettement renforcée par le changement climatique et le sera encore plus à l’avenir, ont averti des scientifiques.

Lire la suite (réservé aux abonnés)