Certaines idées sentent le soufre. Dans tous les sens du terme. En juillet 2006, l'éminent chimiste néerlandais Paul Crutzen, récompensé d'un prix Nobel en 1995 pour ses travaux sur la couche d'ozone, a proposé une solution pour rafraîchir le fond de l'air: larguer 1 million de tonnes de sulfure d'hydrogène dans la haute atmosphère.

Envie de lire cet article réservé aux abonnés ?

Vous avez le choix : regarder une courte vidéo publicitaire pour accéder à cet article ou souscrire à l'une de nos formules d'abonnement

Je regarde une publicité vidéo

Lire la suite (réservé aux abonnés)