Tandis que l'administration Bush est accusée d'avoir minimisé le réchauffement dans certains documents officiels (une éventualité à considérer de près, l'enquête est en cours), la climatologie américaine connaît ses premières chasses aux sorcières.

Envie de lire cet article réservé aux abonnés ?

Vous avez le choix : regarder une courte vidéo publicitaire pour accéder à cet article ou souscrire à l'une de nos formules d'abonnement

Je regarde une publicité vidéo

Lire la suite (réservé aux abonnés)