Lors de l’International Snow Science Workshop qui s’est tenu à Grenoble en octobre dernier, Christophe Ancey, professeur à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, a mis en garde son auditoire : « Les modèles numériques ne reproduisent que très imparfaitement la dynamique des avalanches. Il faut se garder de leur accorder une trop grande confiance. »

Lire la suite (réservé aux abonnés)