A chaque fois qu'une commune française est touchée par une catastrophes naturelles, l'opinion publique s'émeuvent du sort des victimes et à le désagréable sentiment de "déjà-vu".  Sans savoir, la plupart du temps, que leur ville ou leur village est probablement menacé par une catastrophe similaire. A La Faute-sur-Mer (Vendée), avant que la forte tempête Xynthia ne tue 29 personnes le 28 février 2010, les autorités avaient sous-estimé le risque de submersion marine.

Lire la suite (réservé aux abonnés)