Et si, dans cette région montpelliéraine, les menaces de crues préoccupaient plus que la sécheresse et les risques de manque d’eau ? Les inondations de 2002 et 2003, gravées dans toutes les mémoires, sont là pour le rappeler. Des digues rompues le long des cours d’eau de la Mosson et du Lantissargues, des centaines d’habitations et de bâtiments dans l’eau, particulièrement dans le quartier de Maurin, zone trop ...

Envie de lire cet article réservé aux abonnés ?

Vous avez le choix : regarder une courte vidéo publicitaire pour accéder à cet article ou souscrire à l'une de nos formules d'abonnement

Je regarde une publicité vidéo

Lire la suite (réservé aux abonnés)