En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de navigation, faciliter le partage d’information sur les réseaux sociaux et vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts.

A Toulouse, le Centre national de recherches météorologiques teste une flotte d’une dizaine d’engins en polystyrène, bardés de capteurs. « Entre les satellites ou les ballons stratosphériques et nos stations au sol, il y a une zone que nous connaissons mal, les deux ou trois premiers kilomètres de la basse couche.

Lire la suite (réservé aux abonnés)