A Toulouse, le Centre national de recherches météorologiques teste une flotte d’une dizaine d’engins en polystyrène, bardés de capteurs. « Entre les satellites ou les ballons stratosphériques et nos stations au sol, il y a une zone que nous connaissons mal, les deux ou trois premiers kilomètres de la basse couche.

Lire la suite (réservé aux abonnés)