Irma, Harvey, mais avant eux Xynthia, Katrina et nombre de ces prénoms annonciateurs de désastres, montrent le besoin impérieux de mieux préparer les opérateurs de réseaux de vie et les sites industriels dangereux à mieux anticiper les risques de ruptures majeures de continuité d’activité.Il va falloir s’adapter à ces crises « hors cadre » occasionnées par des vents violents, des pluies diluviennes, des inondations par débordement de cours d’eau ou remontée de nappes, ou encore des phénomènes de submersion marine.

Envie de lire cet article réservé aux abonnés ?

Vous avez le choix : regarder une courte vidéo publicitaire pour accéder à cet article ou souscrire à l'une de nos formules d'abonnement

Je regarde une publicité vidéo

Lire la suite (réservé aux abonnés)