+ Connaissances des risques naturels
Dernière mise à jour : le 08/12/2019 à 11:28

Observatoire permanent des catastrophes naturelles et des risques naturels

Partager via...

Des chercheurs des universités de Bonn, d'Iéna, de Fribourg et de RWTH Aix-la-Chapelle ont découvert la preuve qu'un tsunami massif, avec des vagues atteignant 15 m, a frappé Oman il y a mille ans. On ignore dans quelle mesure les plaques arabe et eurasienne restent bloquées. Il est donc extrêmement important qu'un système d'alerte rapide aux tsunamis soit mis en place pour cette région. L'étude sera publiée dans la revue Marine Geology en janvier 2020.

Les scientifiques ont concentré leurs enquêtes de terrain sur une bande côtière de 200 km dans la partie nord-est d'Oman - un pays situé dans la péninsule arabique. "Nous avons identifié 41 gros rochers qui auraient apparemment été emportés par la force de l'eau", a déclaré le Dr Gosta Hoffman de l'Institut des géosciences à l'Université de Bonn.

Certains des rochers se sont probablement formés lorsque le tsunami a écrasé des parties de la falaise, la plus grande pesant environ 100 tonnes métriques. Grâce à cela, les scientifiques ont pu identifier le point exact auquel ils se sont brisés.

D'autres ont montré des signes d'organismes marins comme les moules ou les huîtres, qui ne peuvent pas survivre sur terre. "Certaines méthodes peuvent être utilisées pour déterminer leur heure de décès", a déclaré Hoffmann. "Cela nous a permis d'établir à quel moment les rochers ont été lavés à terre."

Les cristaux de quartz dans les rochers ont également fourni des informations sur la dernière fois où ils ont été exposés au soleil, permettant aux scientifiques de déterminer la durée depuis laquelle les roches ont été découvertes - les scientifiques de Fribourg sont les experts de cette méthode. "Beaucoup de ces mesures nous ont donné une valeur d'environ 1 000 ans", a souligné Hoffman. "Cela correspond bien aux résultats de datation des fragments d'argile trouvés dans les sédiments du tsunami. Ils proviennent de navires utilisés par les habitants du littoral."

Les plaques tectoniques arabes et eurasiennes se heurtent dans la mer d’Arabie, se rapprochant à une vitesse d’environ 40 mm par an. Au cours de cet événement, une plaque glisse sous l’autre et reste parfois coincée dans la zone de subduction. Cela peut conduire à des tensions qui se renforcent au fil des ans. S'ils se détachent brusquement sous l'effet d'une forte secousse, la colonne d'eau au-dessus des plaques commence à bouger, entraînant les vagues extrêmement destructrices caractéristiques des tsunamis.

"Jusqu'à présent, on ne savait pas dans quelle mesure les plaques arabes et eurasiennes resteraient coincées", a déclaré Hoffmann. "Il est donc extrêmement important qu'un système d'alerte précoce aux tsunamis soit mis en place pour cette région."

Même un plus petit tsunami aurait des conséquences dévastatrices aujourd’hui puisqu’une grande partie de l’infrastructure vitale du Sultanat d’Oman a été construite près de la côte, comme les raffineries de pétrole et les usines de dessalement d’eau de mer.

Un système d'alerte fonctionnant bien peut toutefois au moins donner aux résidents un peu de temps pour se mettre en sécurité.


Grâce à nos outils et solutions de veille par email ou flux RSS, définissez vos critères et obtenez votre revue de presse permanente personnalisée

----------------------------- 

Catnatmaps

Découvrez CATNAT Mapsnotre système d'information géographique en ligne dédié aux risques naturels en France et dans le Monde

Statistiques base BD CATNAT

Nombre d’événements recensés depuis 2001 (vu au 07/12/2019)
  • En France / DOM : 1.829
  • A l’étranger : 15.245
Nombre de victimes recensées depuis 2001 (vu au 07/12/2019)
  • En France / DOM : 28.852
  • A l’étranger : 1.307.659
Coût depuis 2001 en millions de $ (vu au 07/12/2019)
  • En France / DOM : 37.390
  • A l’étranger : 2.953.264
Accès à la BD CATNAT
Statistiques en temps réel

Newsletter CATNAT Info

Recevez GRATUITEMENT tous les samedis les articles publiés durant la semaine écoulée grâce à notre lettre d'information "CATNAT Info"