A l'instar de San Francisco ou de Tokyo, Istanbul, la capitale Turque est extrêmement exposée au risque sismique. Une équipe de spécialistes franco-turcs explore la faille nord-anatolienne pour mieux comprendre le mouvement des plaques dans cette région à très haut risque. Cette coopération a été mise en place en novembre 1999 à la suite des deux séismes meurtriers d'août et novembre 1999, afin d'évaluer plus précisément ...

Envie de lire cet article réservé aux abonnés ?

Vous avez le choix : regarder une courte vidéo publicitaire pour accéder à cet article ou souscrire à l'une de nos formules d'abonnement

Je regarde une publicité vidéo

Lire la suite (réservé aux abonnés)