La ville de Tokyo n’avait pas besoin d’une nouvelle comme celle-là. Assise sur une des zones sismiques les plus chaudes du globe, la capitale japonaise tente de se prémunir au mieux contre un séisme aussi violent que celui de 1923, qui fit plus de 100.000 victimes. Or selon le chercheur Hiroshi Sato la ligne de faille qui traverse la région de Tokyo est moins profonde qu’on ne pensait. Elle se situerait entre 4 et 26 ...

Envie de lire cet article réservé aux abonnés ?

Vous avez le choix : regarder une courte vidéo publicitaire pour accéder à cet article ou souscrire à l'une de nos formules d'abonnement

Je regarde une publicité vidéo

Lire la suite (réservé aux abonnés)