Si l'élévation des températures liée aux émissions de gaz à effet de serre est de mieux en mieux connue, les conséquences du CO2 sur l'humidité le sont beaucoup moins. Une étude publiée dans Nature par des chercheurs suisses conforte l'idée que ces rejets polluants pourraient entraîner une hausse des précipitations.

Lire la suite (réservé aux abonnés)