Plus on remonte dans le temps et plus les éruptions volcaniques étaient destructrices, avance un chercheur de l’Université de Leeds (Grande-Bretagne). Cela ne signifie pas que les éruptions étaient plus violentes ou plus intenses, précise Paul Wignall, mais que le dioxyde de carbone qu’elles ont relâché a fait plus de dégâts...

Lire la suite (réservé aux abonnés)