On le soupçonne depuis plusieurs années, les tremblements de terre les plus violents pourraient être précédés par des secousses lentes et à peine perceptibles, pouvant s'étaler sur des jours, voire des semaines. Ces soupçons ont été de nouveau étayés par une nouvelle étude scientifique de l'Univeristé de Standford menée sur une zone sismique du sud du Japon.

Lire la suite (réservé aux abonnés)