Intitulé "Climat, orages et tempêtes. Nature et passions", un colloque international vient de réunir à Paris climatologues, littéraires et historiens sous l'égide de la Sorbonne et de la Fondation Singer-Polignac. Les fluctuations du climat sont mieux connues depuis la belle découverte de Jean-Pierre Legrand, exhumant des Archives la première et remarquable série météorologique connue, celle qu'a enregistrée, pendant des décennies, le médecin Morin, contemporain de Louis XIV. Un thème a été très présent — explicitement ou en filigrane — lors de cette réunion savante, je veux parler de la politisation du climat. Elle se rattache à un sujet d'anxiété de notre époque, rebattu et pourtant indéniable, qui s'appelle effet de serre, réchauffement global ou, comme on disait autrefois, production excessive de "gaz carbonique".

Lire la suite (réservé aux abonnés)