​Les météorologues et les modèles informatiques font ordinairement un bon travail de prévision des orages violents, jusqu’à une semaine à l’avance. Les scientifiques peuvent également lire les signaux saisonniers à long terme indiquant des conditions météorologiques violentes plusieurs mois à l’avance. Mais entre les deux, c’est à dire un délai de prévision entre 2 et 5 semaines, les capacités de prédiction relativement fidèles font défaut.

Envie de lire cet article réservé aux abonnés ?

Vous avez le choix : regarder une courte vidéo publicitaire pour accéder à cet article ou souscrire à l'une de nos formules d'abonnement

Je regarde une publicité vidéo

Lire la suite (réservé aux abonnés)