Une étude récente menée au Massachusetts Institute of Technology (MIT) montre qu’on peut reconstituer de façon remarquable l’intensité de certains violents ouragans (ou cyclones tropicaux) de ces dernières années à partir d’un modèle très simple mettant en jeu un feedback entre la température de surface de l’océan et l’ouragan...

Lire la suite (réservé aux abonnés)