Veille gestion des risques monde
Dernière mise à jour : le 22/09/2020 à 18:14

Observatoire permanent des catastrophes naturelles et des risques naturels

Veille gestion des risque monde

Toutes les actualités de la gestion des risques naturels dans le monde publiées depuis le 01/01/01 :

Les articles de cette rubrique peuvent vous être fourni sous forme d'une veille personnalisée par email ou par flux RSS.

 


 

Les canicules en Europe ont toujours été précédées par des hivers secs dans le nord de la Méditerranée occidentale, ce qui été le cas cet hiver, un signe qui pourrait annoncer un été chaud, selon une étude réalisée par des climatologues français.

On le soupçonne depuis plusieurs années, les tremblements de terre les plus violents pourraient être précédés par des secousses lentes et à peine perceptibles, pouvant s'étaler sur des jours, voire des semaines. Ces soupçons ont été de nouveau étayés par une nouvelle étude scientifique de l'Univeristé de Standford menée sur une zone sismique du sud du Japon.

Lire la suite...Des chercheurs du laboratoire de glaciologie et géophysique de l'environnement (LGGE) (CNRS/Université Joseph Fourier, Grenoble), en collaboration avec l'équipe de Mark Thiemens (University of California, San Diego) sont arrivés à différencier ces deux types de volcanisme en étudiant les différentes formes du soufre ou sa composition en isotopes stables.

Selon certains chercheurs la pollution croissante liée aux activités humaines au-dessus de l’Asie renforce les tempêtes sur le Pacifique.

Les affaissements de terrain  constituent un problème dans plus de 70 villes chinoises d'aprèsle Bureau d'étude géologique relevant du ministère du  Territoire et des Ressources naturelles.

Selon une étude récente parue dans le Bulletin of the Seismological Society of America (BSSA), de vastes zones continentales habitées comme la péninsule indienne pourraient être menacées par des séismes importants nécessitant une révision des normes de construction.

Selon une étude à paraître dans la revue américaine Science, il est possible de retracer l'impact des éruptions volcaniques cataclysmiques sur le climat de notre planète en étudiant leurs débris piégés dans les glaces depuis des milliers d'années.

Il y a 8 000 ans, une éruption de l’Etna aurait provoqué un gigantesque tsunami, ravageant les côtes méditerranéennes orientales. Telle sont les conclusion d'une étude menée par l'Institut National de Géologie et de Volcanologie (INGV), en Italie.

Selon des scientifiques de l'Institut de technologie de Californie (Caltech), de l'Université de Californie du sud (USC) et d'universités néo-zélandaise et grecque publiée dans l'hebdomadaire américain "Proceedings of the National Academy of Sciences", des régions de l'ouest de l'Indonésie risquent d'être submergées par un tsunami aussi meurtrier que celui de 2004 dans les 30 ans à venir.

Pour quelle raison le tsunami du 26 décembre 2004 a-t-il été aussi puissant et dévastateur ? C'est l'une des questions à l'origine du programme de recherche Sager (Sumatra-Andaman Great Earthquake Research), mis en place par le Laboratoire de géosciences marines à l'Institut de physique du Globe de Paris (IPGP) quelques semaines après ce tragique événement qui a fait environ 300 000 victimes dans les pays baignés par l'océan Indien.