Quelques semaines après les ouragans qui ont ravagé les Antilles, l’heure est au bilan, et aux leçons. Mesurer les impacts, comptabiliser leur coût, comprendre et anticiper pour mieux réagir en amont et en aval des catastrophes, c’est désormais le rôle d’organismes comme les gestionnaires des réserves « biosphère » mais aussi des acteurs locaux, universitaires, collectivités et citoyens.

Envie de lire cet article réservé aux abonnés ?

Vous avez le choix : regarder une courte vidéo publicitaire pour accéder à cet article ou souscrire à l'une de nos formules d'abonnement

Je regarde une publicité vidéo

Lire la suite (réservé aux abonnés)