Par définition, chaque année, le risque de subir une « catastrophe centennale » s’élève à environ 1% et ce,  même si une telle catastrophe a déjà été traversée l’année passée.

Lire la suite (réservé aux abonnés)