Les activités dites “météo-sensibles” représenteraient environ 25 % du PIB dans les pays industrialisés. Les risques à couvrir sont évalués à 600 milliards d’euros mais nombre d'entreprises ne sont pas encore consciente de leur exposition.

Lire la suite (réservé aux abonnés)