Les femmes et les filles doivent être au cœur de la réduction des risques de catastrophe, car elles sont souvent les plus exposées à l'impact du changement climatique et aux dangers liés aux tempêtes et aux inondations, a déclaré lundi un organe onusien des droits de l'Homme.

Envie de lire cet article réservé aux abonnés ?

Vous avez le choix : regarder une courte vidéo publicitaire pour accéder à cet article ou souscrire à l'une de nos formules d'abonnement

Je regarde une publicité vidéo

Lire la suite (réservé aux abonnés)