Les villes et les zones côtières sont mal préparées à faire face aux risques naturels, notamment climatiques, dont les conséquences sont d'autant plus lourdes aujourd'hui du fait de la croissance démographique et des flux migratoires, avertit la Banque mondiale.

Lire la suite (réservé aux abonnés)