L'Arctique a continué de se réchauffer à un rythme deux fois plus élevé que la température mondiale en 2017. Ce réchauffement rapide a provoqué des températures de l'air à des niveaux parmi les plus élevés de l'histoire et des températures océaniques supérieures à la moyenne et a eu des impacts divers sur les humains, les océans et les écosystèmes, a-t-on appris jeudi d'informations publiées par l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

Lire la suite (réservé aux abonnés)