Partager via...

La prévision saisonnière consiste à prévoir la moyenne des paramètres météorologiques (température, précipitations) pour une échéance allant jusqu'à 6 mois, à l'échelle global. Il ne s'agit pas de prévisions classiques (limitées à 7 jours) décrivant dans le détail des situations météorologiques : le type de temps, la température minimale et maximale et la force et la direction du vent.

La prévision saisonnière exprime le scénario le plus probable parmi trois scénarios prédéfinis: proche, en dessous ou au-dessus de la moyenne. Ce qui donne pour la température « chaud », « normal » ou «froid », et pour les précipitations, « humide », « normal » ou « sec ». On cherchera par exemple à déterminer si l'été prochain sera en moyenne chaud et sec ou froid et humide en Europe de l'Ouest.

Pour effectuer ces tendances on utilise comme pour les prévisions classiques des modèles (simulations informatiques) planétaires. Mais, ceux-ci reproduisent en plus le comportement d'autres milieux en forte interaction avec l'atmosphère, comme l'océan. La structure océanique varie beaucoup moins vite que celle de l'atmosphère. La part de prévisibilité atmosphérique à échelle saisonnière provient justement de ce qu'on retrouve dans l'atmosphère une part de la variation lente océanique. On peut retrouver alors dans l'atmosphère des conditions qui vont privilégier par exemple un passage très au nord des perturbations atlantiques, ou qui vont modifier radicalement les zones soumises à de fortes pluies dans les tropiques, ou encore qui vont générer de fortes chaleurs et sécheresses.

Les performances des prévisions saisonnières sont très variables selon le lieu, la saison et le paramètre météorologique concerné. Elles sont meilleures pour la température que pour les précipitations, et pour la température, meilleures en hiver qu'en été. Elles sont très informatives dans la ceinture inter-tropicale, sur le pourtour du Pacifique. En revanche, la prévisibilité de la température en Europe de l'Ouest sans être nulle, reste faible. Ceci est dû aux caractéristiques de la circulation générale de l'atmosphère au-dessus de l'océan atlantique aux latitudes tempérées. Ces prévisions sont donc à manier avec prudence.

 

 -------------------------------------------------

Une grande partie de la France devrait connaître cet été un temps anticyclonique, plus chaud que la normale. Le climat sur le sud de l'Europe devrait en effet être plus chaud et plus sec que la normale, en moyenne sur le trimestre prochain. Sur le reste du continent, les conditions s'annoncent normales pour les températures tandis qu'aucun signal ne se dégage pour les précipitations excepté sur la Scandinavie.

À l'échelle du trimestre, l'anticyclone des Açores devrait être plus développé qu'habituellement dans sa partie sud-est, qui s'étend sur l'Europe . A contrario, l'influence océanique devrait se faire davantage sentir sur le nord du continent.



Températures

Les températures devraient être globalement supérieures aux normales à l'échelle du trimestre sur le sud de l'Europe. La probabilité la plus forte pour un tel signal se situe sur le sud-est du continent, qui connaît déjà des conditions de sécheresse printanière.

En revanche sur la façade Atlantique et sur le nord de l'Europe, les conditions semblent réunies pour que l'influence océanique limite la montée des températures.

 

 

Précipitations

Le temps devrait être plus pluvieux que la normale sur les pays scandinaves où dominerait une influence océanique. Sur le sud de l'Europe, y compris la moitié sud de la France, on s'attend à des conditions globalement plus sèches que la normale. Sur le reste du continent, y compris la moitié nord de la France, l'incertitude des prévisions est plus importante et aucun scénario n'est privilégié pour ce trimestre.

 

    

Les tendances météorologiques détaillées pour les 6 prochains mois en Europe (source : Fredéric DECKER - La Météo.org)   

   

  • Juillet 2020 : l’anticyclone des Açores devrait se situer chez lui, loin de sa position habituelle à cette période de l’année, laissant des basses pressions s’installer entre l’Islande et l’Ecosse. En conséquence, un temps frais et humide devrait s’imposer des îles Britanniques au nord de la France jusqu’au Danemark et à la Norvège. Des hautes pressions s’imposeraient en revanche de la Méditerranée à l’est de l’Europe, y apportant un temps sec, chaud et ensoleillé. Une tendance orageuse assez marquée concernerait les pays depuis l’Autriche à la Finlande sous des températures plus contrastées.

  

 Températures  Précipitations
   

 

 

  • Août 2020 : une zone de hautes pressions devrait largement s’imposer entre la Méditerranée occidentale et le sud de l’Allemagne, apportant un temps sec et chaud de l’Afrique du Nord à l’Angleterre et au Benelux en dehors de quelques salves orageuses potentiellement fortes. De l’est de l’Espagne au sud de la France jusqu’en Italie, les vagues de chaleur pourraient être notables. Les dépressions circuleraient plutôt entre l’Islande, le nord de la Russie et la mer Caspienne, apportant des pluies et orages. Une poche de fraicheur devrait intéresser le nord-ouest russe et la moitié est de la Scandinavie. 

  

 Températures  Précipitations
   

 

  • Septembre 2020 : une vaste zone anticylonique devrait s'étendre de la France s’étalant au sud de la Scandinavie, protégeant une large partie ouest de l’Europe, un peu moins les îles Britanniques où quelques perturbations parviendraient à circuler. Des basses pressions relatives concerneraient les régions au nord de la mer Noire, apportant quelques pluies des Balkans à la Russie. Côté thermomètre, la douceur devrait intéresser le Maroc, la péninsule Ibérique, mais aussi l’Islande. Au contraire, une relative fraîcheur concernerait le nord de la Scandinavie et une large moitié est de la Méditerranée jusqu’aux Balkans.

  

 Températures  Précipitations
   

 

  • Octobre 2020 : une vaste zone dépressionnaire récurrente centrée sur la Suède devrait influencer les conditions météorologiques d'une grande partie de l'Europe. En liaison avec cette situation, le temps devrait être souvent humide voire pluvieux du nord de la France aux îles Britanniques jusqu’en Scandinavie, en passant par le Benelux, l’Allemagne ou encore de Danemark. Des hautes pressions garantiraient en revanche un temps sec près de la Méditerranée jusqu’au Proche-Orient, avec de la chaleur de l’Espagne aux Balkans jusqu’en Russie.

  

 Températures  Précipitations
   

 

 

  • Novembre 2020 : un vaste système dépressionnaire situé sur le sud de la Finlande devrait apporter un temps perturbé de l'Islande à l'Europe de l'est, humide et très nuageux avec des précipitations souvent importantes et de la neige sur la Scandinavie. Au contraire, deux anticyclones situés entre l'océan Atlantique et le Proche-Orient maintiendrait un temps le plus souvent calme et sec de l'Europe Centrale aux pays Méditerranéens jusqu'en Turquie. Côté thermomètre, la douceur se cantonnerait plutôt à la Russie. Peu de zones fraîches en dehors de l'ouest de la Scandinavie aux îles Britanniques jusqu'au nord de la France.

  

 Températures  Précipitations
   

 

  •  Décembre 2020: une vaste zone anticyclonique devrait s'étendre du nord de l’Atlantique à la Pologne jusqu’au Proche-Orient, apportant un temps calme, sec et tempéré. Des conditions plus dépressionnaires l’emporteraient de la péninsule Ibérique à la mer Adriatique avec des pluies fréquentes et abondantes. Pluie ou neige d’autre part de l’est de la Scandinavie à la Russie sous un autre système dépressionnaire récurrent. Côté thermomètre, un froid relatif s’imposerait de l’Islande à l’Irlande, alors que la douceur dominerait sur le nord-est du continent. Partout ailleurs, les températures resteraient proches des chiffres de saison.

 

 

 Températures  Précipitations
   

 

 

 

 

Les tendances météorologiques pour le semestre à venir en Europe par Frédéric Decker (Lameteo.org)
 

 

Prévisions pour les prochains mois ailleurs dans le monde 

Sous les tropiques, en l'absence du phénomène El Niño dans l'océan Pacifique, c'est toujours l'Océan Indien qui est le moteur des grandes tendances climatiques. Les eaux de surface anormalement chaudes s'étendent maintenant sur tout le bassin jusqu'aux côtes indonésiennes. Elles vont conduire à des précipitations supérieures aux normales sur toute l'archipel mais également sur l'Australie, ce qui devrait atténuer la sécheresse qui y sévit depuis plusieurs mois. Le sud de l'Afrique et Madagascar devraient par contre continuer de subir des conditions anormalement sèches.

 

 

Dernières projections d'ensemble (moyenne de 8 modèles) concernant les anomalies de températures à prévoir pour les 7 prochains mois à l'échelle du globe. Calcul basé sur 8 modèles développés par la NOAA.

 

 

 Dernières prévision concernant les anomalies de précipitations pour les 12 prochains mois