Articles non-catégorisés
Dernière mise à jour : le 28/07/2021 à 13:57

Observatoire permanent des catastrophes naturelles et des risques naturels

Non catégorisé

Lire la suite...Le vent est l'une des cause les plus courantes de sinistres sur les habitations. Si vous disposez d'un contrat multirisque habitation, vous êtes automatiquement couvert par la garantie Tempête Grêle Neige (TGN). Cependant pour être indemnisé, il ne suffit pas de déclarer le sinistre, il faut également prouver que le vent à souffler suffisamment fort (le plus souvent à plus de 100 km/h) pour pouvoir être pris en charge par votre compagnie d'assurance. Pour cela, cette dernière vous demandera certainement de faire établir un certificat d'intempérie établissant à la fois la situation météorologique qui prévalait le jour du sinistre ainsi que la vitesse exacte du vent en rafale. Voici quelques conseils pratiques qui vous aideront à vous faire indemniser.


La garantie tempête des contrats d'assurance

Les personnes assurées contre les dommages d’incendie ou tous autres dommages pour leur habitation, leur entreprise, leur véhicule..., bénéficient automatiquement d’une garantie tempête.

Selon les contrats, les assureurs considèrent que pour qualifier un événement de tempête, le vent doit avoir causé des dommages à des bâtiments de bonne construction dans la commune où se trouvent vos biens sinistrés ou dans les communes avoisinantes ou dans un certain rayon.

Dans le cas où cette condition ne serait pas remplie, certains assureurs prévoient de demander les valeurs de vents mesurer à la station météorologique nationale la plus proche via un certificat attestant l’intensité exceptionnelle de l’événement (vitesse du vent supérieure à 100 Km/heure).

Les assurés dont l'habitation a été endommagée par la tempête (tuiles arrachées, façades abîmées par la chute d'un arbre...) sont indemnisés dans les conditions prévues dans leur contrat d'assurance. La garantie tempête les couvre aussi pour les dommages causés par la pluie à l'intérieur des bâtiments s'ils surviennent dans les quarante-huit heures ou dans les soixante-douze heures, selon les contrats, suivant le moment de la survenance des dommages matériels aux bâtiments.

De même, les dégâts causés à un véhicule sont pris en charge si le contrat comporte une garantie incendie ou dommages.

L'indemnisation en cas de tempête

La déclaration de sinistre

Prévenez votre assureur le plus rapidement possible (le délai légal est de 5 jours), par tous les moyens (lettre recommandée, téléphone, mail...). Vous disposez d'un délai de cinq jours pour effectuer votre déclaration.

Les documents à fournir

Pour établir votre demande d'indemnisation, il convient d'adresser à l'assureur :

  • un descriptif des dommages subis en précisant leur nature ;
  • une liste chiffrée de tous les objets perdus ou endommagés.
  • un certificat / attestation d'intempérie (si demandé expressément par l'assureur)
Pour attester de l'existence et de la valeur des biens détruits ou endommagés, vous pouvez produire tous types de documents : factures d'achat ou de réparation, actes notariés, contrats de location, expertises, photographies...

Pour les biens professionnels, préparez l'attestation de propriété ou le contrat de location (pour les dommages immobiliers), un extrait du registre de commerce, les bilans et comptes de résultat avec détail des comptes de charges et produits, le chiffre d'affaires de l'exercice en cours et des trois précédents (si vous avez souscrit une garantie pertes d'exploitation ou un contrat de leasing).

 

Le certificat d'intempérie, kesako ?

D'une manière générale, la plupart des contrats d'assurance ne couvrent les dommages que si les vents ont atteint ou dépassé les 100 km/h (certaines compagnies prennent un seuil inférieur mais c'est très rare). Cette disposition est contractuelle et figure dans les clauses de votre contrat. Il est donc nécessaire de prouver que votre sinistre entre bien dans ce cadre contractuel.

Un certificat d’intempéries aussi appelé attestation d’intempéries ou parfois même relevé météo est un document attestant de la présence d’une situation météorologique particulière à un endroit donné à une date précise et de la valeur des vents à la station de mesure la plus proche du lieu du sinistre. 

Ce document n’est généralement exigé par les compagnies qu’en cas d'événements où il pourrait y avoir un doute quant aux valeurs atteintes. Ainsi, une forte tempête tempérée qui toucherait plusieurs régions ne donne souvent pas lieu à des demandes de certificat d'intempérie de la part des assureurs contrairement à un épisode d'orage violent générateur de bourrasques ou un coup de vent localisé.

Les données utilisées pour réaliser le certificat d'intempéries proviennent de stations de mesure certifiées (celles du réseau Météo France) et la rédaction du document est confiée à un professionnel expérimenté.

Contrairement à ce que l'on peut lire trop souvent, Météo France n'est pas le seul organisme capable de délivrer des certificats d'intempérie. En effet, d'autres sociétés proposent la rédaction de tels documents qui sont parfaitement reconnus par les compagnies d'assurance (ces sociétés utilisent le réseau météorologique national) et souvent pour des tarifs très sensiblement inférieurs à ceux pratiqués par Météo France.

Attention cependant : 

  • bon nombre de sociétés proposent des certificats d'intempéries sur internet. Il faut cependant prendre gare aux données utilisées (seules les données du réseau de station de Météo France sont reconnues) et au fait que votre document soit réalisé par un professionnel.
  • dans certaines communes les maires délivrent des attestations, or ils ne sont pas habilités pour cela. Votre mairie doit en effet faire appel à une entreprise spécialisée dans la réalisation de certificat d'intempérie et vous délivrer copie de l'attestation au risque de vous voir refuser votre document par votre assureur.

Ubyrisk Consultants, bureau d'expertise spécialisé dans les risques naturels délivre depuis 2006 des certificats d'intempéries expertisés au tarif de 36 € TTC , livrable en 24 h (jours ouvrés) contre 73,20 € chez Météo France. C'est d'ailleurs une des seules sociétés privés à être capable de délivrer des attestations pour des aléas aussi spécifiques que la grêle ou l'orage.


[ COMMANDER VOTRE CERTIFICAT ]




Lire la suite...La prévision et la caractérisation de la grêle est un casse-tête de météorologue mais c'est une information capitale pour des domaines d'activité tels que l'assurance (agricole, automobile), le secteur automobile (qui dispose souvent de grand parcs de véhicules stationné en extérieur), les agriculteurs ou encore les carrossiers dont une part non négligeable de l'activité repose sur des dommages liés à la grêle.

The NATDIS database is the most complete public database about natural disasters in the world. Our database describes precisely more than 16 500 natural disasters occured in the world since January 1, 2001 and is updated every year.

Opposite to others databases which only reference event that made more than 10 victims or reach a certain economic cost, NATDIS database records every damaging natural events as soon as they have significant human consequences and / or material consequences. 
You can compare our NAT DIS database to the main other one here.

Futhermore, our all our events are fully georeferenced allowing their integration in GIS (Geographical Information System). Our database is provided at MS Excel format

Fields filled in the database are:

- Country

- FIPS code (allows mapping in Geographic Information System)

- Latitude

- Longitude

- Continent

- Sub-continent

- Risk origin code

- Risk code

- Sub-risk code

- Risk origin 

- Risk

- Sub-risk

- Year

- Start

- End

- Victims

- Injured

- Homeless

- Affected

- Human consequences Index

- Material consequences index

- Global risk Index (more info)

- Cost ($)

- Event description (if desired because written in french)

telecharger 24x24

 

-----------------------------------------

 
>>>
Need a pricing ? Contact us

Chaque années, les risques naturels sont à l'origine de nombreux sinistres en France. Les dommages liés à ces aléas sont pris en charge par les assureurs pour tout détenteur d'un contrat d'assurance dommage (habitation, véhicule ou incendie) qui comportent obligatoirement la garantie Catastrophes Naturelles et TGN (Tempête, Grêle, Neige).

Quel est le mode de fonctionnement de ces garanties ? Que couvrent-elles ? Quelles sont les modalités de déclaration des sinistres ?

 

Pour pouvoir bénéficier d'une prise en charge d'un sinistre lié à un aléa naturel, vous devez avoir souscrit un contrat d'assurance multirisque habitation. D'après la loi du 6 juillet 1989, les locataires sont tenus de souscrire ce type de contrat. Bien qu'ils ne soient pas soumis à la même obligation légale, les propriétaires sont également presque toujours assurés.

En l'absence de garantie, aucun dommage ne sera naturellement pris en charge.

La multirisques habitation comprend obligatoirement une garantie "tempête, grêle, neige (TGN)" et une garantie "catastrophe naturelle". Comme toujours, ces garanties comportent certaines limites ou exclusions qui varient suivant le contrat. Il convient donc de se reporter à ce dernier.

 

La garantie TGN (Tempête, Grêle, Neige)


La garantie tempête couvre, non seulement les effets du vent (le plus souvent quand ceux-ci atteignent ou dépassent les 100 km/h), mais aussi les dommages causés par la pluie, la neige (poids de la neige) ou la grêle.

Sont ainsi assurés les dommages matériels causés par :

  • l'action directe du vent ou du choc d'un corps renversé ou projeté par le vent (exemples : toitures endommagées, tuiles arrachées, façades abîmées par la chute d'un arbre ou la cheminée du voisin, etc.);
  • le poids de la neige ou de la glace accumulée sur les toitures et les chéneaux;
  • l'humidité due à la pluie, la neige ou la grêle pénétrant à l'intérieur du bâtiment assuré et détruit ou endommagé par l'un de ces phénomènes naturels.


La garantie tempête peut aussi couvrir des dommages indirects : privation de jouissance du logement (frais d'hébergement, etc.), honoraires d'expert, dommages électriques, frais de déblais des décombres, etc.

Seuls sont en principe indemnisés les dommages survenus pendant le sinistre et au cours des 48 heures suivantes.

Dans la mesure du possible, essayez de prendre des précautions afin d'éviter l'aggravation des dommages, notamment par le bâchage ou la couverture provisoire du bâtiment endommagé. Ces frais sont, en principe, pris en charge par votre assurance.

Attention : tous les dégâts ne sont pas automatiquement couverts. En général, ne sont pas garantis :

  • les bâtiments et hangars de construction légère, sauf si certaines conditions de sécurité sont respectées,
  • les appentis de jardin et les vérandas,
  • les stores, antennes, panneaux solaires, fils aériens et leurs supports,
  • les volets, persiennes, gouttières, chéneaux et parties vitrées, sauf s'ils sont détruits en même temps que le bâtiment ou une partie du bâtiment,
  • les vitres (c'est la garantie "bris de glace" qui intervient quand elle a été souscrite),
  • les plantations, arbres, clôtures,
  • les dommages corporels (les victimes peuvent être indemnisées si elles possèdent une garantie spécifique),
  • les dommages occasionnés par les débordements de sources, de cours d'eau et d'étendues d'eau.

Dans de nombreux cas, afin de prendre en compte votre sinistre, votre assureur est en droit de vous demander un certificat d'intempérie afin d'obtenir la preuve de la survenance de l'aléa à l'origine du sinistre (vent > 100 km/h, occurrence de chutes de grêle ou de chute de neige significatives).

Ces attestations sont délivrées par Météo France mais également par d'autres sociétés spécialisées. Les documents délivrés par ces dernières sont parfaitement reconnus par les compagnies d'assurance (les données utilisées sont celles du réseau météorologiques national) et sont vendu sensiblement moins chers (de l'ordre de 30 à 50 % de moins).

Ubyrisk Consultants, bureau d'expertise spécialisé dans les risques naturels propose par exemple depuis 2006 des certificats d'intempéries au tarif de 36 € TTC, (contre 73,20 € chez Météo France) livrables en 24 h (jours ouvrés). C'est d'ailleurs une des seules sociétés privés à être capable de délivrer des attestations pour des aléas aussi spécifiques que la grêle ou l'orage.

Ensuite, un expert envoyé par l’assurance fixera le montant de l’indemnisation en déduisant la vétusté des biens endommagés (sauf garantie valeur à neuf) et une éventuelle franchise. Votre contrat vous donnera tous les détails.

 

[ COMMANDER UN CERTIFICAT ]

 

La garantie Cat' Nat' (catastrophes naturelles)


D'après l'article 125-1 du Code des assurances, les conséquences des catastrophes naturelles sont "les dommages matériels directs non assurables ayant eu pour cause déterminante l'intensité anormale d'un agent naturel, lorsque les mesures de prévention n'ont pu empêcher leur survenance ou n'ont pu être prises". Exemples parmi d'autres : avalanche, inondation, sécheresse géotechnique, tremblement de terre, glissement de terrain, coulées de boue, vent cycloniques etc.

Cette notion de catastrophe naturelle étant relativement subjective, elle est laissée à l'appréciation des pouvoirs publics qui décide, suite à une réunion interministérielle qui étudie les demandes des communes, de la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle pour les intempéries et les dates définies. La reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle n'est effective qu'à la parution d'un arrêté interministériel au JO.

Les critères d’appréciation de la Commission sont les suivants :

  • pour les inondations : durée de retour (durée de retour des pluies ou des débits > 10 ans),
  • pour les mouvements de terrain classiques : caractère naturel du phénomène, volume, soudaineté, imprévisibilité, etc.,
  • pour la sécheresse et la réhydratation : bilan hydrique et nature des sols,
  • pour les avalanches : origine du phénomène, localisation et ancienneté des bâtiments touchés,
  • pour les séismes : magnitude, résultats de l’enquête macrosismique.



Les biens couverts par la garantie catastrophe naturelle

La garantie catastrophe naturelle couvre les mêmes biens et comporte les mêmes exclusions que la multirisque habitation. Elle prend ainsi en charge les frais de déblais et démolition, de pompage, de nettoyage et de désinfection des locaux. Elle intervient aussi si les murs de la maison sont fendus, si la stabilité de la maison est atteinte du fait d'un glissement de terrain. Elle garantit également les dommages causés à des appareils électriques, au contenu des réfrigérateurs et congélateurs à la suite d'une submersion due à une inondation.

En revanche, la garantie catastrophe naturelle ne couvre pas les dommages consécutifs à la seule coupure d'électricité. Sont également exclus les dommages qui ne sont pas directement causés par la catastrophe naturelle : frais de déplacement et de relogement, perte de loyers, perte d'usage, honoraires d'expert, etc. En outre, les terrains, plantations, ainsi que les clôtures et murs d'enceinte sont souvent hors contrat.

Peu importe que le véhicule (auto, moto, caravane…) ait été inondé, noyé, écrasé ou renversé, il ne sera indemnisé que si vous avez un contrat auto comportant une garantie dommages pour votre véhicule, c’est-à-dire incendie, dommages tous risques ou tous accidents, dommages collision (art. L. 125-1 du code des assurances). L’assurance responsabilité civile auto obligatoire (dite assurance aux tiers) ne suffit pas, même avec un arrêté de catastrophe naturelle.

Si vous êtes couvert, une franchise maximale de 380 euros sera appliquée.




La déclaration de sinistre en cas de catastrophe naturelle

Vous disposez de 10 jours à partir de la publication de l’arrêté de catastrophe naturelle au Journal officiel pour effectuer votre déclaration de sinistre auprès de votre assurance.

Si vous ne voulez pas rater la parution d'un arrêté portant reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle, il est possible de souscrire à un service d'alerte par email dédié.



L'indemnisation de sinistre en cas de catastrophe naturelle

Montant

La garantie catastrophe naturelle couvre le coût des dommages matériels directs subis par les biens immobiliers et mobiliers dans les limites et conditions prévues par le contrat d’assurance. L’indemnité est donc calquée sur celle de l’assurance incendie du contrat multirisque habitation.

Elle sera calculée, selon les contrats, sur la valeur à neuf ou déduction faite de la vétusté, sauf pour les immeubles non reconstructibles (indemnisés à valeur à neuf). L’indemnité doit inclure la TVA.

Franchises

La reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle permet de plafonner le montant de la franchise qui vous sera applicable.

Il est prévu une franchise maximale de 380 euros pour les habitations et les biens qui n’ont pas un usage professionnel. Elle sera de 1 520 euros si les dommages sont imputables à un mouvement de terrain consécutif à la sécheresse ou à une réhydratation du sol.

L’assuré ne supporte qu'une seule franchise pour les dommages causés à ces biens, quel que soit le nombre de biens couverts par son contrat, dès lors que l’origine des dommages est le même.

La franchise peut être majorée si votre commune n’est pas dotée d’un plan de prévention des risques naturels prévisibles. Elle sera modulée selon le nombre de constatations de l’état catastrophe naturelle intervenue au cours des cinq dernières années.

  • Au troisième arrêté, la franchise est doublée ;
  • au quatrième arrêté, la franchise est triplée ;
  • au cinquième arrêté, la franchise est quadruplée.


Délai d’indemnisation (art. L. 125-2 du code des assurances)

Votre assurance doit vous avoir indemnisé dans les 3 mois :
  • de la date de remise de l'état estimatif des biens endommagés ;
  • ou de l'arrêté de catastrophe naturelle, si sa publication est postérieure.


Une provision sur les indemnités doit vous être versée dans les 2 mois :

  • de la date de remise de l'état estimatif des biens endommagés ;
  • ou de l'arrêté de catastrophe naturelle, si sa publication est postérieure.

 

Vous souhaitez vous désabonner à notre lettre d'information hebdomadaire CATNAT Info, veuillez entrer dans le champs ci-dessous l'adresse email concernée puis cliquer sur le bouton "Se désabonner"

Lire la suite...Les orages et la foudre sont responsables de milliers de sinistres tous les ans en France. En effet, ils peuvent causer de très gros dégâts aux bâtiments et aux installations électriques et ce, à toutes saisons. Que faire lorsque l'on a subi un sinistre à la suite d’un orage ? Comment se faire indemniser par son assurance ?

Quelle assurance ?

Sachez que l'orage ne fait pas partie des risques naturels couverts par la Garantie Catastrophes Naturelles aussi, inutile d'attendre la parution d'un éventuel arrêté de reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle pour vous faire indemniser (seules des inondations consécutives à un orages très pluvieux pourrait faire l'objet d'un arrêté de catastrophe naturelle).

La garantie orage ne fait pas partie de la couverture de base de votre assurance Multirisque Habitation (MRH). Celles-ci indemnisent généralement les biens détruits par l'impact direct de la foudre mais pas les dommages indirects liées à celle-ci. Pour être couvert intégralement sur les risques liés à la foudre il vous faut donc avoir souscrit une option dédiée.

Cette garantie est relativement exhaustive, car elle prévoit l'indemnisation de tous les appareils électro-ménagers mais aussi celle des éléments high-tech (ordinateur, tablette, smartphone) qui étaient reliés au secteur. Certains contrats étendent même la protection aux matériels électriques (prises, interrupteurs, commutateurs,...).

Enfin, si un dommage électrique provoque un incendie, cela relève de la garantie incendie de votre contrat MRH : seuls les dégâts causés par l'incendie sont pris en compte, l'appareil sera indemnisé sous réserve que la garantie "dommages électriques" ait été souscrite.


Vous avez été sinistré par la foudre, que faire ?


Si vous venez de subir des dégâts liés à un orage, voici une liste afin de bien vous préparer à votre contact avec votre assureur. Celle-ci vous fera gagner du temps et vous permettra d'être mieux indemnisé et plus rapidement.

  • Déterminer les dégâts que votre habitation a subi : savoir si l'impact est direct ou indirect, relever les dégâts que vous avez subi, en terme matériel, mais aussi d'installation électriques. Pensez bien à noter tout dommage ou dysfonctionnement que vous pouvez constater.
  • Prenez des photos de ces dommages pour étayer votre déposition auprès de l'assureur, elles formeront des preuves tangibles.
  • Evaluez le degré d'importance de ces dommages, la réglementation prévoit des délais de remboursement pour certains cas, une indemnisation en 48h par exemple pour un trou dans le toit.
  • Ne réparez surtout pas vous-même les dégâts. Si votre assureur ne peut constater les dommages, il ne vous indemnisera pas.
  • Regroupez vos factures et preuves d'achat, elles détermineront le montant de l'indemnité de destruction de vos biens.


Une fois les dégâts constatés et les preuves réunies, il va falloir que vous agissiez, encore une fois, voici une liste qui vous aidera à savoir quoi faire et quand:

  • Contactez votre assureur dans les cinq jours ouvrés, passé ce délai, votre dossier ne sera plus pris en compte. Il vaut mieux, bien sûr agir le plus vite possible, et fournir d'emblée tous les documents permettant de constituer votre dossier.
  • Montez votre dossier, preuves de l'orage, factures, photos de vos meubles et appareils ménagers, témoignage, toute pièce relative à l'orage et à vos biens est à ajouter dans le dossier. Sachez qu'il vaut toujours mieux en mettre trop.
  • Sachez que vous n'avez pas besoin de contacter d'expert pour constater les dégâts, si l'assurance en a besoin, elle se chargera du rendez-vous et du coût.

Dans de nombreux cas, afin de prendre en compte votre sinistre, votre assureur va vous demander un certificat d'intempérie afin d'obtenir la preuve qu'il y a bien eu de l'orage et des impacts de foudre dans votre secteur

Ces attestations officielles sont délivrées par Météorage mais également par d'autres sociétés spécialisées. Les documents délivrés par ces dernières sont parfaitement reconnus par les compagnies d'assurance (les données utilisées proviennent de capteurs certifiés) et sont vendu sensiblement moins chers (de l'ordre de 30 à 50 % de moins).

Ubyrisk Consultants, notre bureau d'expertise spécialisé dans les risques naturels propose par exemple depuis 2006 des certificats d'intempéries orage et foudre au tarif de 36 € TTC, livrables en 24 h (jours ouvrés). Nous sommes d'ailleurs une des seules sociétés privée à être capable de délivrer des attestations pour des aléas aussi spécifiques que l'orage.

certificat meteo

La neige, la pluie, le gel, les vagues de chaleur, les vents violents sont autant d'aléas météorologiques qui peuvent impacter un chantier. Celui-ci peut être arrêté temporairement et prendre du retard exposant les professionnels du secteur à payer des pénalités de retard. Or, si ce retard peut être attribuer à des intempéries vous empêchant de travailler vous êtes en mesure de vous dédouaner juridiquement.

A partir de quand pouvez-vous déterminer qu’il y a intempéries dans le domaine des travaux ? Quelle est la définition légale des intempéries au regard de la loi ? Quels sont les critères indiquant qu’il y a intempéries sur un chantier ? Comment prouver ces intempéries ?

Définition de la notion d'intempérie dans le BTP

Selon le Code du travail, (articles L. 5424-8)"Sont considérées comme intempéries, les conditions atmosphériques et les inondations lorsqu'elles rendent dangereux ou impossible l'accomplissement du travail eu égard soit à la santé ou à la sécurité des salariés, soit à la nature ou à la technique du travail à accomplir..."

Dans ces conditions, vous pouvez décider, en tant qu’entrepreneur, de faire stopper le chantier et mettre vos ouvriers à l’arrêt. Cette concertation se fait généralement avec les délégués du personnel. Vous mettez par la même occasion vos salariés à l'abri des dangers, à cause des conditions de travail devenues critiques.


Les critères de reconnaissance des intempéries

Avant toute chose il faut savoir que ces critères dépendent de votre activité et de votre zone géographique (un grutier sera sensible à la vitesse du vent alors qu’un maçon surveillera plutôt les températures).

Lorsque l’un des 4 critères suivants est dépassé dans la journée, vous pouvez considérer qu’il y a intempéries :

  • température sous abri inférieure ou égale à 0°C
  • humidité dépassant les 80 %
  • rafales de vent dépassent la vitesse de 60 km/h
  • précipitations qui durent au moins 1h et dépassent les 1mm (1litre d'eau / m²)

De manière générale, les intempéries des dimanches et jours fériés ne sont pas incluses. Le plafond journalier de chaque type d’intempéries est de 8 heures (4h par demi-journée).

Attention toutefois, ces critères n’ont pas de valeur juridique stricte. En effet, ils servent de base afin de justifier auprès du maître d’ouvrage (ou maître d’œuvre), des périodes durant lesquelles l’accomplissement des travaux a été perturbé, retardant l’avancement du chantier, afin d’obtenir la prolongation des délais contractuels et ainsi éviter toutes pénalités de retard. Enfin, si les parties se sont préalablement mises d'accord, ces peuvent être intégrer de manière contractuelle.




Comment attester de vos intempéries ?

Tout arrêt de chantier pour cause d’intempéries doit être justifié. Pour cela, il vous faudra faire réaliser par une société spécialisée, un certificat d’intempéries pour les aléas et la / les périodes concernées.

Ce document, basé sur des données de la station météorologique la plus proche du chantier vous permettra d'attester formellement quand et de combien les seuils d'intempérie ont été atteint ou dépassés.

Ubyrisk Consultants, bureau d'expertise spécialisé dans les risques naturels propose par exemple depuis 2006 des certificats d'intempéries pour de longues périodes et pour tous les aléas météorologiques à des tarifs très sensiblement moins élevés que ceux pratiqués par Météo France. Ces documents sont livrables le plus souvent sous en 24 h (jours ouvrés).

Vous pouvez estimer le prix de votre certificat et le commander en ligne sur cette page

Votre déclaration d'intempéries doit ensuite être transmise au plus tard 1 mois après l’avarie. Elle vous servira à justifier votre retard sur un chantier, obtenir des prolongations et écarter toutes pénalités financières pour non achèvement des travaux à une date précise.

 

Vous avez subi des dommages liés aux conditions météorologiques (vents, grêle, orages, précipitations...) ? Faites établir votre certificat d'intempérie afin de bénéficier d'une indemnisation par votre assureur.

 

Warning120Les principaux aléas météorologiques  (vents tempétueux > 90 km/h, grêle, neige, gel, pluie, foudre, chaleur) constituent un risque majeur en France et dans toute l'Europe. Rien que pour notre pays le coût des dommages assurés liés à ces seuls aléas s'élève à plus de 32 milliards d'€ depuis 1984. Face à un tel enjeu, disposer d'informations très précises sur ces périls en amont d'un événement mais aussi immédiatement après celui-ci constitue un avantage stratégique pour tous les professionnels ou secteur d'activité pouvant être impactée par de tels phénomènes.

Ubyrisk Consultants a développé la gamme d'outils "Warning", dédié à la prévision, l'alerte, le suivi et la caractérisation des principaux aléas météorologiques dommageables par commune en France et en Europe. Concrètement, chaque service Warning est dédié à un aléa particulier et s'organise autour de 2 modules indépendants mais complémentaires :

  • Un module Mail permettant de recevoir par email les alertes, les données de prévision par communes à 72 h (et leurs mises à jour) ainsi que les données de caractérisation des aléas par commune

  • Un module Web en ligne permettant : la consultation / l'interrogation et l'exportation des données de l'aléas considéré (données de l'année en cours et données historiques), l'accès au bulletin d'alerte en cours, l'accès à des informations de prévisions et d'observation en temps réel de l'aléa considéré et la possibilité de visualiser les données sur une carte interactive

Les outils "Warning" sont disponibles pour les paramètres météorologiques suivants:

  • Tempête Warning: prévision par commune, alerte, suivi et caractérisation par commune des vents violents (France et Europe). Paramètre étudié : vent instantané > 90 km/h.

  • Gel Warning : prévision par commune, alerte, suivi et caractérisation par commune des épisodes de gel (France et Europe). Paramètre étudié : température négatives.

  • Neige Warning prévision par commune, alerte, suivi et caractérisation par commune des chutes de neige (France et Europe). Paramètres étudiés : cumuls en cm et / poids de la neige en kg / m².

  • Grêle Warning prévision, alerte, suivi et caractérisation par commune des chutes de grêle (France et Europe). Paramètre étudié : diamètre des grêlons.

  • Chaleur Warning prévision par commune, alerte, suivi et caractérisation par commune des températures élevées (France et Europe). Paramètre étudié : températures > 30 °C

  • Pluie Warning prévision par commune, alerte, suivi et caractérisation par commune des cumuls de précipitation (France et Europe). Paramètre étudié : cumul de pluie en mm sur 6, 12 ou 24 h

  • Foudre Warning prévision, alerte, suivi et caractérisation par commune des impacts de foudre au sol (France et certains pays européens). Paramètre étudié : point d'impact au sol et intensité

 

NB : les seuils des paramètres étudiés sont standards, il est parfaitement possible de les personnaliser.

De même la liste des aléas couvert par les services Warning n'est pas figée. Nous pouvons parfaitement adapter ces outils à d'autres aléas météorologiques.

 

 

 

 

Merci , votre transaction a bien été effectuée et votre commande a bien été enregistrée !

 

Vous recevrez votre certificat dans les délais impartis (24 h jours ouvrés) par email